Quelques mots de Alejandro Aravena
« Il est évident que bien des choses ont évolué depuis le début de l’humanité et que les progrès réalisés induisent, aujourd’hui, des besoins et des attentes sophistiqués. Mais il est vrai aussi qu’il y a beaucoup de choses et de besoins qui n’ont pas sensiblement changé depuis l’origine de l’humanité et que nous pouvons satisfaire de manière extrêmement simple: être assis confortablement par terre est l’un d’eux. »

chairless-02

L’origine du projet
Alejandro Aravena
a été frappé par la photo d’un Indien Ayoreo, qui se tenait assis par terre avec une bande d’étoffe tendue autour des genoux et du dos. Cette simplification de son propre concept de chaise – cette réduction à l’ »irréductibilité » – l’a fasciné et lui a permis de saisir le potentiel de cet accessoire d’assise. L’architecte a ainsi développé Chairless en collaboration avec Vitra.

chairless-03

Quelques mots sur les Indiens Ayoreo
Les Indiens de la tribu Ayoreo vivent au nord du Paraguay et se servent pour s’asseoir d’une bande d’étoffe qu’ils tendent autour de leurs jambes et de leur dos. Cette utilisation est à l’origine du développement de Chairless. Ces Indiens du Gran Chaco ont été soumis au 19e et au 20e siècle, mais ont réussi entre-temps à imposer leur droit à leur culture et à leur mode de vie traditionnels. Ils sont toutefois en procès avec l’Etat sur des questions de droits territoriaux. Vitra soutient avec une partie des recettes issues de la vente de Chairless la «Fondation pour les communautés indiennes au Paraguay», qui s’est engagée à protéger le territoire de la population indigène du Paraguay en tant que fondement de son existence.

chairless-04

Credits & copyright Alejandro Aravena / Vitra

Source: trendsnow