2 jours de « voyage d’affaire » avec Virginie au volant … Road to Limoges (enfin à coté) pour discuter un peu de la production en cours, et des modèles à venir avec Aymeric et Alexandra (nos fabricants bien aimés). Pour la petite histoire, Aymeric Broussaud était un ancien client de Lafraise, avec qui j’ai fini par sympathiser et qui parallèlement a repris la suite de son père et de son grand père, à la tête de cette « historique » usine de chaussettes fondée en 1938. J’adore cet endroit, et à chaque visite, j’essaye au maximum de me perdre dans les locaux pour prendre en photos les plus improbables machines-outil et tenter de retranscrire au mieux l’ambiance « années 50″ qui règne là-bas …

J’aimerais bien que ce « A » finisse par tomber, ça nous ferait une enseigne pour Archiduchesse …

Je ne vous donnerais pas l’adresse de la boutique (qui ne vend pas d’Archiduchesse, c’est de la publicité mensongère) : )

Alexandra (la Virginie d’Aymeric) responsable de production de l’usine, très très concentrée sur des listings de la plus haute importance (des trucs classés sercret-défense à Limoges) concernant le stock de bobines de couleurs disponibles à l’usine pour compléter nos 30 références actuelles. 

Nous allons essayer de produire en petites quantités (pour les Deville) autant de couleurs qu’on en trouvera pour rapidement arriver à 50 en en rajoutant 3 ou 4 par mois.

L’objectif est de proposer le choix de teinte le plus large qui soit. C’est le modèle de départ d’Archiduchesse, c’est celui que nous allons développer en priorité. Des chaussettes de très bonne qualité, fabriquées en France, dans la déclinaison la plus large possible de coloris.

Un VIP à l’usine … avec mon nom sur les étagères …

Le stock de coton, que l’on voit mieux sur les photos de ma précédente visite, va nous permettre de tester toutes sortes de couleurs. Certains fils sont presque « vintage ». Un vrai patrimoine, que l’on va tenter de faire revivre.

Fin de bobines … (anecdote bricolage: Virginie voulait en ramener pour faire des poupées avec les filles … mais je m’y suis formellement opposé).

Fait à la main ! (enfin cette partie là en tout cas), le tricotage lui reste mécanique.

Ne me demandez pas à quoi sert le « Krebs » je n’en sait rien … On dirait un pistolet-laser de Cosmos 99 !

L’ensemble des factures Archiduchesse sont classées dans ces tiroirs, (enfin une partie seulement).

Appairage et controle qualité, toujours fait à la main (oui c’est la même dame que quelques photos plus hauts mais c’est pas le même jour).

Bentley !!! J’aime bien « mettre un peu la honte » à mon fabricant en montrant ses plus vieilles machines. Les quelques concurrents qui suivent le blog vont se dire, « Wow, la vache ils bossent encore avec ça, c’est pas possible! » … En fait, c’est une machine qui a une valeur sentimentale, elle était destinée à fabriquer « uniquement » les chaussettes du papa d’Aymeric. La vraie classe à la française.

Quoi ?

De gauche à droite, l’Archiduchesse Virginie, Mr Shimizu (un agent japonais) très intéressé à la fois par les explications ultra-techniques d’Aymeric, et par la distribution d’Archiduchesse au Japon. On a pas pris de décision pour le moment, mais c’est bien engagé. Franchement, rien que pour l’excuse « en or » d’aller vérifier sur place l’implantation, ça vaut le coup …

Si l'idée vous à séduit n'hésitez pas dans un premier temps à visiter le site d'archiduchesse, et laisser vous envahir par l'envie d'en commander ;)

Source: Archiduchesse